La Douleur qui fait du bien!

De 96 à 2001, je co-animais  un groupe qui s’appelait
‘Les Porteurs d’Espoir’. Un groupe d’entre-aide où
les membres partageaient leur vécu au quotidien.
J’ai beaucoup écrit, mais je ne gardais pas les textes.
Mado, une amie, membre du New Civilisation Network,
conservait ces ‘trésors’. Un jour elle m’en a fait disque cadeau.
Sur le cd, le fichier est daté du début novembre 2000.
… Voila comment la maladie m’a indiqué une route dans
un temps où j’étais aveugle…
Ce témoignage faisait suite à une intervention auprès
d’un ami qui souffrait et qui avait besoin d’espoir…
Je vous fais « don » d’une copie intégrale :
Je suis très honoré par ton ouverture de coeur et ta sincérité.
Mon message précédent ouvrait en effet cette porte par laquelle
passe le langage du coeur et où le partage est possible et bienfaisant.
 
Tu serais surpris de savoir combien de personnes peuvent vivre dans un état de malaise comme cela a été pour toi. Les scénarios sont parfois différents, mais le graphique émotionnel est semblable. Les évènements en soit, ce qui s’est produit, est simplement humain. On essaie simplement de vivre, de survivre…
Il y a des lignes tracées en société. Des normes qui régissent
les éducations… Nos parents ont fait de leur mieux avec ce qu’ils
avaient. Ils n’ont jamais pu donner ce qu’ils n’avaient pas.  Les attentes, le paraître, le matériel et surtout le vouloir de garder un contrôle sur leurs enfants amène le cancer dans les relations familiales.
J’ai été chanceux, très chanceux, car l’héritage le plus précieux
que m’a fait mes parents, c’est la liberté de choix. J’en remercie
 très souvent mon père qui est encore surpris de l’importance que je donne à ce que lui, semblait voir comme un manque à son « devoir »…
 
Aujourd’hui, il comprend, je crois… Il est maintenant un bon ami, plus que le ‘paternel’…
 
Ma mère demeure avec moi dans l’harmonie, la liberté et le respect l’un de l’autre. Je l’aime beaucoup, même si je ne lui dit pas assez souvent.

 

Mon penchant pour la « guerre », les contestations et le redressage de torts s’est traduit chez-moi par le développement d’une  maladie très souffrante, l’arthrite rhumatoïde. Ayant les genoux plein d’eau et les pieds enflés, il m’était très difficile de distribuer des coups de pied au cul ;)…
 
Je suis convaincu que cette maladie ne m’est pas tombée dessus par hasard. Elle ne m’a pas été transmise génétiquement par ma grand-mère, même si elle en a souffert durant plus de 30 ans… À sa façon, elle était aussi une ‘guerrière’. Je suis presque certain qu’elle devait l’avoir développé d’une façon directement proportionnelle à ce qu’elle avait décidé d’être et de vivre.
 
Lorsque j’ai enfin su de quelle nature était le mal dont je souffrais, plus de 5 ans après le début de mes symptômes, j’ai commencé à chercher comment je pourrais m’en sortir. La maladie progressait de plus en plus.
 
On me prescrivait des anti-inflammatoires. Je devais souvent me faire ponctionner et on m’empoisonnait à la cortisone.
Je détestais les médicaments chimiques… Mon corps me rendait bien le peu d’attention que je lui avais porté. Je ne m’aimais pas du tout et n’aimais pas mon corps non plus. Avec cette maladie très douloureuse, je n’étais guère sur la voie de la découverte de l’amour de soi et de la Vie.
 
Sois assuré que je me donnais beaucoup de misères…

 

L’orthopédiste avait déclaré que jamais je ne pourrais me remettre de cette maladie. Il m’a affirmé que le mal était progressif et que je serais dépendant de médication jusqu’à la fin de mes jours. Ma grand-mère avait vécu ce supplice. Elle était morte après avoir passée 8 ans au lit, terrassée et déformée, souffrant le martyr.

 

Je ne me détestais pas suffisamment pour en souhaiter autant.
La condamnation du Dr. Gagnon a eu l’effet contraire.
J’ai délaissé les médicaments, préférant un cocktail, bière et tylénol, que j’ai alors classé ‘médication naturelle et personnelle’.
Je me suis mis tout de suite à la recherche de solutions…
Après avoir congédié mon médecin, j’ai étudié ce qu’était la maladie, j’ai lu…
 
Il y avait peu de littérature à l’époque, mais le Dr Barnard, le premier chirurgien à faire des transplantations cardiaques, a écrit un livre décrivant la maladie. Il avait dû arrêter la pratique à cause de l’arthrite rhumatoïde. 
 
Par « hasard » une amie me confia qu’elle avait évitée une chirurgie,
pour soigner une bursite, en prenant de l’aubier de tilleul sauvage…
 
J’ai acheté ça tout de suite et remplacé la plus grande partie des
anti inflammatoires pharmaceutiques, par des tisanes et comprimés naturels… Plus tard on a découvert la griffe du diable, un anti-inflammatoire naturel…

 

J’en passe…
À travers tout ça, j’avais développé un certain dialogue avec la Vie, avec l’essence de ce que j’étais. Convaincu que si je pensais maladie, je resterais malade, si je pensais au mal que j’avais, je continuerais d’avoir mal. J’ai commencé à penser santé,
à  porter attention à chaque petit bonheur que je vivais, à les apprécier…
 
De petites révélations, de fréquentes démonstrations de la Vie, des témoins de rétablissements, m’ont amené à croire et, plus tard, à ressentir, que les cellules du corps humain pouvaient se reformer en santé. Je crois que le corps se reforme
en entier à tous les sept ans. Alors si je pensais et agissais vers un corps sain, je créerais des cellules saines. Le rétablissement total a duré près de sept ans, mais j’y suis parvenu.
 
Aujourd’hui, je crois qu’impossible n’existe pas. Pour chacun il y a un chemin à suivre. On est ici pour le découvrir. Je suis certain que l’on trouve en suivant nos intuitions, les révélations et les guides que la Vie met sur notre route.
 
Lorsqu’on a le goût d’aller vers quelque chose, vers quelqu’un, je sais maintenant que c’est là je dois aller. Même (pour moi) si je ressens quelque chose qui semble illogique, irrationnel, non prouvé ou déclaré impossible par la masse, j’y vais. C’est en suivant ce sentier que j’ai perdu mes peurs, là où j’ai commencé à m’aimer et découvert cette merveilleuse communication avec une
Puissance supérieure à moi-même.

 

J’ai vaincu l’arthrite, mais j’avais développé une dépendance à l’alcool et cette maladie, je n’ai pas été capable de m’en défaire tout seul. J’ai essayé par mes propres moyens, mais ce fut impossible. La méthode précédente n’a pas fonctionné.
Lorsque je fus rendu au bout du rouleau, là où le choix était soit la mort ou la Vie, une lumière a indiqué un dossier,en vue, sur mon bureau… Un service que j’avais promis de rendre à un ami… Alors, avant d’utiliser l’ultime ressource, j’ai l’ai appelé.

 

Il avait sans doute sauvé quelques clients, lorsque je travaillais dans un bar… J’essayais bien de les aider,comme barman, mais à part les réveiller à la fermeture, les ramener chez eux ou leur vendre un verre pour les aider à se remettre,
le lendemain, je n’y pouvais pas grand chose… Souvent, lorsqu’ils cherchaient de l’aide, j’organisais une rencontre.
Je ne connaissais pas son truc, mais certains étaient venus me remercier… Je l’ai donc appelé et, en échange de services fiscaux, je demandai de m’aider…
 
S’il n’y avait pas eu cette contrepartie, je n’aurais sans doute jamais eu recours à lui. J’aimais donner mais je n’acceptais rien… J’ai donc connu les Alcooliques Anonymes, au début d’octobre 94. Avec eux j’ai vraiment commencé à vivre et à découvrir les trésors en moi…

 

Je suis en mesure de témoigner hors de tout doute, pour moi, que, peu importe où on en est rendu, peu importe ce qu’on semble être, il n’y a rien d’impossible…
 
L’Amour dans l’Univers est infini et intarissable, pour guérir on en  besoin de si peu et il y en a plein en nous, je le sais maintenant, même si c’est la dernière place où j’ai cherché… Je suis reconnaissant à ceux qui m’ont montré ce simple chemin
et à mon tour, j’essaie de transmettre l’espoir.
Aujourd’hui, je suis reconnaissant à ces maladies qui m’ont montré à vivre vraiment. Peu importe le temps passé, les malaises endurés, c’est bien peu pour l’intensité
des moments « présents » que je vis maintenant. Je ne sais pas combien long il me reste, mais cela ne m’inquiète pas. J’ai retrouvé l’estime de moi. Je vis dans mon 24 heures.
 
Je suis et serai là si je peux aider. Maintenant j’aime la Vie et j’apprends à aimer les gens et à m’aimer. Avec vous, j’ai appris à vivre. Je n’ai plus besoin d’avoir raison.
 
Aujourd’hui, je lâche prise plus facilement et je sais que je peux choisir d’être heureux!
Avec beaucoup d’amour et de reconnaissance…
Richard XXX

(8) commentaires

  1. Merci.
    C’est un beau témoignage d’Espoir Richard.
    Je suis touchée et émue.
    Je t’aime mon cousin.
    Brigitte xxx

  2. Du fond de mon coeur je te remercie, mon cher Richard, pour ce témoignage si limpide et si profond. Ta victoire a été à la mesure de tes combats. Tu devrais être mort et tu transpires la paix. Ton vieil ONK se sent très proche de toi et t’aime pour tout ce que tu es et pour ce que tu deviens. Tes Jardins de Guérison sont très purs et gentils. Faire le bien, c’est bon, mais faire du bien, c’est mieux. Tu me fais du bien à moi et à un tas de monde, j’en suis certain. Merci aussi pour tes réactions si spontanées et si encourageantes aux articles de mon blogue. Tu as un grand coeur! ONK

  3. I suggest adding a « google+ » button for the blog!

  4. Ok 🙂
    This is near impossible to find something unique on that ‘most used’ bloging platforms in the word, even if you create your own widget!
    Good luck,
    Richard

  5. Hi! Someone in my Facebook group shared this site with us so I came to look it over.
    I’m definitely loving the information. I’m book-marking and will be tweeting
    this to my followers! Fantastic blog and amazing design and style.

    • Bonjour Georgina et tous les lecteurs de ce commentaire,

      Les commentaires en langues étrangères sont habituellement considérés comme spam et jeté.
      Le blogue de Georgina est en polonais. Pour tous, je vais vous traduire son partage:

      Diète pour le Reflux gastrique

      Il a longtemps souffert d’une maladie appelée oesophagite de reflux, je dois admettre que vivre avec sensation de brûlure dans l’œsophage constante des répercussions importantes sur la qualité de réaliser des activités quotidiennes les plus simples. Le médecin m’a conseillé de changer le mode de vie, et par-dessus tout, se débarrasser des mauvaises habitudes. Au début, je ne voulais pas renoncer à manger vos aliments préférés, comme une femme, occupé, sans cesse en mouvement, je ne pouvais pas mettre de côté, notamment café. Mais quand mon humeur empirait chaque jour qui passe, j’ai décidé d’essayer un régime alimentaire sain, et puis j’ai trouvé que l’alimentation reflux véritable. Tout d’abord, la sensation de brûlures d’estomac ont commencé à apparaître moins souvent et a pris beaucoup moins de temps que d’habitude pour être plus tôt. En outre régime reflux est également une excellente solution pour maintenir une silhouette mince. Avec ma maladie, je dois éviter l’exercice physique, et ce qui va avec rarement impliqué dans n’importe quel sport. Cette alimentation saine m’aider à prendre soin de la ligne, et surtout pour leur propre santé. Je suis très heureux de leur décision, parce que l’alimentation reflux a apporté avec elle de nombreux avantages qui ont changé ma vie jusqu’ici.

  6. Bonjour, je viens de découvrir votre site, je viens de m’inscrire, merci

    • Merci Lartin!
      Présentement, je ne produit pas beaucoup de matériel sur Les Jardins de Guérison.
      N’hésitez pas à commenter les articles, je vous répondrai avec plaisir.
      Vous pouvez également communiquer avec moi directement,
      Bien amicalement,

      Richard
      webmestre

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code