Hypertension

L’Hypertension: UN ‘FEU ROUGE’ À RESPECTER

À chaque visite médicale, le médecin constate que ma pression est haute.

Depuis au moins vingt ans, il veut me médicamenter contre l‘hypertension.

Il y avait longtemps que l’on avait convaincu ma mère qu’il lui en fallait se médicamenter pour prévenir l’hypertension.

Jamais on ne lui a retiré cette médication. Au fil des ans, son médecin en a ajouté  plusieurs autres…

Je ne voulais pas devenir esclave du ‘système’!

À cette époque je venais de connaître M. Roland Tremblay,  phytothérapeute  renommé au Québec.

Ne voulant glisser vers ce qui me semblait,  ‘l’irréversible dépendance pharmacologique’ , j’ai opté pour la phytothérapie.

Au début des années 90, on commençait seulement à penser à l’assiette thérapeutique:

Utiliser agréablement les aliments pour guérir ou prévenir les affections, entrait dans ma réalité.

 

Les résolutions et les bonnes intentions s’oublient parfois très vite…

 

Je vois rarement le médecin. Je me crois bon guérisseur et souhaite m’écouter suffisamment pour réparer. Lorsqu’une lumière s’allume, je fais une mise au point.

Il s’avère qu’à chaque fois que je vais le voir, le problème d’hypertension est récurant. Le doc devient tout ‘chose’ et parvient presque à me faire peur!

Je me rends compte que le travail, que j’avais précédemment fait pour régulariser ma tension, n’était pas constant.

J’oublie les résolutions et les pratiques, dès que j’obtiens de bons scores.

Je délaisse les prises de tension, j’oublie mes compléments alimentaires, néglige l’exercice physique et les pratiques en autoguérison qui me permettent habituellement de recouvrer rapidement un ratio artériel sécuritaire.

Mon permis de conduire a une classe particulière qui exige souvent des examens médicaux.

Il faut donc que je vois le médecin. Je n’ai pas le choix, si je veux sauvegarder mes privilèges.

Début février, le doc a constaté avec effroi que ma tension battait le record de toutes mes visites antérieures.

J’ai presque menti en lui affirmant que je prenais ma pression régulièrement.

En fait, c’était vrai, sauf que, c’était probablement, une fois par six mois plutôt qu’à tous les jours. Suivant son conseil, j’ai contrôlé aux heures pendant deux jours.

En pleine nuit, en repos total, j’étais à 30 points au dessus de ce qu’elle aurait dû être.

La pratique énergétique, pourtant si efficace, parvenait très peu à contrer l’hypertension!

 

 

Révélations sur ce ‘pic’ d’hypertension!

 

Je commençais vraiment à me demander si je ne serais pas mieux de céder à la pression médicale avant que l’hypertension me fasse sauter?

Sur FB, une amie a partagé cet article: ‘Des chercheurs réclament le retrait d’un médicament anti-douleur’

Médicament à proscrire si vous faites de l'hypertension

À prendre ou pas?

Depuis les Fêtes, j’avais des douleurs aux épaules.

En 2011, lorsque je soignais ma mère, avant qu’elle ne parte, en juin, le  Voltarenapaisait efficacement ses douleurs musculaires, suite à une chute.

L’anti-douleur n’occasionnait aucune hypertension. Sa pression étant basse, j’avais décidé, avec l’accord de son médecin, de cesser de la médicamenter à cet effet.

Étant donné qu’il me restait du Voltaren et qu’il me procurait des bienfaits, j’en utilisais tous les soirs au coucher!

 

 

 

Avec la popularité des médications naturelles, les produits anti-inflammatoires, que j’utilisais, la ‘Griffe du Diable’, ‘Griffe de Chat’ et ‘l’Aubier de Tilleul sauvage’ (non reconnu comme tel, mais qui fait merveille sur moi), ont soudainement presque disparus des tablettes, pour faire place au Sulfate de Glucosamine. À la fin des années 90, il avait pris, ici au Québec, la plus grande part du marché. M’étant rendu compte qu’il agissait sur ma pression artérielle et provoquait de l’hypertension, je l’avais abandonné.

 

Le MSM, un puissant anti-inflammatoire naturel, populaire aux États-Unis, avait le même effet sur moi. Je l’ai aussi banni en 2001, pour des raisons d’hypertension.

 

Clémentine

Clémentine aura 12 ans, mi-mars|

 

 

L’été dernier, suivant les conseil du médecin vétérinaire de Clémentine, agée de 11 ans, je commençai à lui donner de la Glucosamine.

Le composé qu’il me vendit était très dispendieux et je décidai d’acheter des capsules destinées aux humains, que je calibre de façon identique, avec sa nourriture.

Oubliant, ou laissant de côté mon expérience précédente, j’ai aussi recommencé à en prendre. Mine de rien, je venais d’ajouter un autre agent extérieur provoquant chez-moi l’hypertension!

Tout de suite, j’ai cessé l’utilisation du Voltaren et stoppé le Sulfate de Glucosamine…

Mon problème d’hypertension se résorbe. J’ai pris plusieurs mesures afin de quitter la zone dangereuse…

Si l’on veut combatre un feu ‘électrique’, il vaudra mieux couper le courant, avant de penser pouvoir l’éteindre.

Il en va de même avec les médications:

  • Qu’elles soient chimiques ou de sources naturelles, il faut tenir compte des effets secondaires.

  • Aucune personne ne réagit de la même façon. Il faut savoir s’auto-évaluer.

  • La prise de plusieurs produits à la fois, peut également être néfaste.

  • Les produits cités dans cet article  peuvent être excellents pour certain d’entre-vous.

  • Consultez votre médecin, pharmacien ou naturopathe avant de les introduire dans votre vie.

  • Faites l’inventaire des produits et suppléments que vous prenez régulièrement. Vous auriez peut-être avantage à en éliminer quelques-uns?

 En m’appuyant sur les travaux du Dr. Robert D. Willix Jr, je vous propose la suite de cet article.

J’y présente les facteurs et conséquences des traitements à la mode.

J’identifie des cures alternatives, l’alimentation ainsi que le suppléments nutritionnels et vitaminiques qui peuvent servir au traitement de l’hypertension.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et partages.

Notez que je suis à la recherche de guérison à travers mes expériences personnelles.

Je ne fais que des suggestions et n’encourage quiconque à suivre mon exemple, dans ma façon de traiter l’hypertension 😉

LISEZ HYPERTENSION  2 –  mon prochain article!

 

À bientôt,

Richard

Richard Roy

Les Jardins de Guérison

 

 

19. février 2013 par admin
Catégories: Affections - traitements, Autoguérison, Témoignages, Thérapies | Tags: anti-douleur, anti-inflammatoire, glucosamine, haute pression, haute tension, hypertension, phytothérapeute, phytothérapie, rétablir une bonne tension, Sulfate de glucosamine, Voltaren | 2 commentaires

(2) commentaires

  1. Merci de partager ton expérience. Comme tu le dis, il faut savoir s’autoévaluer… savoir écouter son corps et ne pas se gêner pour demander conseil au pharmacien lorsque nous avons des doutes ou des questions.

    De plus heureusement qu’internet nous permet de connaître les effets indésirables et secondaires des médicaments. Je me dis que c’est une bonne chose de connaître ce que l’on absorbe comme médicament et produits naturels. Une petite recherche en tenant compte de notre individualité est souvent aidante.
    J’espère que tu arrives à contrôler ton hypertension d’une manière ou d’une autre tout en n’oubliant pas que notre corps recherche naturellement l’équilibre (homéostasie).

    • Merci Lise, pour ton judicieux commentaire.

      Personnellement, l’équilibre se rétablit, mais c’est plus long que précédemment. Dans la suite de l’article, je vais parler des correctifs que j’ai mis en place…

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code